Aquarelles

"L'Amour".

1 Aquarelle originale sur papier, rehauts d'argent, signée en bas à droite, 29.5 x 21 cm, cadre argenté.

Ce Cupidon féminin est vêtu d'une robe verte à l'antique, laissant voir ses jambes ses bas croisés sont retenus par deux coeurs en argent. Des bracelets ornent ses bras, des coeurs argentés ses oreilles. Elle tient à la main arc et flèches, deux petites ailes ornent son dos. Alexandre ZINOVIEW (1889-1977), d'origine russe, arrive à Paris en 1908 et s'installe à Montparnasse où il rencontre PICASSO. Il expose simultanément à Paris, Moscou et Saint Pétersbourg à partir de 1909. Engagé dans la Légion étrangère pendant la guerre de 14-18, c'est à son retour, il réalise des illustrations et des dessins de mode pour des journaux féminins, des décors et des costumes de spectacle. Indications manuscrites.

"Décor d'opéra - Oedipe".

1937 1 Maquette originale pour un décor d'opéra, gouache, signée et datée en bas à droite, 1937, 18.5 x 26.5 cm, (encadrée).

Très beau décor aux tons rompus, dont la matité rappelle les paysages d'Italie du sud écrasés par le soleil. Au premier plan à gauche, un bouquet d'arbres, à droite, deux colonnes tronquées. Un cyprès se détache sur un ciel bleu intense. A l'arrière-plan, des falaises abruptes et une forêt d'un vert très tendre.

Matières, Les Amis des images.

1949 Gouache sur Japon signée en bas à droite et titrée, pour Les Amis des Images, Mai 1949, 27.5 x 20 cm.

Jean-Denis MALCLES (Paris 1912 - 2002) est un peintre, affichiste, illustrateurs et décorateur de théâtre français. Il illustra notamment Bel Ami de Maupassant, et figura dans les principaux Salons parisiens de peinture. Mais c'est son travail qui le fit connaître : on lui doit notamment la création du costume des Frères Jacques et de plusieurs affiches de cinéma ou de théâtre dont celle de La Belle et la Bête de Jean Cocteau. Il fut le collaborateur privilégié de Jean Anouilh pour la plupart de ses pièces. Il a également créé au cours des années 1950 et 1960 les costumes et les décors de nombreuses productions lyriques à l’Opéra de Paris, l’Opéra-Comique, au Festival d’Aix-en-Provence, au Covent Garden de Londres ou à la Scala de Milan mais aussi d'opérettes comme La Vie parisienne avec la compagnie Renaud-Barrault et Barbe Bleue de Jacques Offenbach au théâtre de Paris ou encore Monsieur Carnaval de Charles Aznavour, Frédéric Dard et Jean-Claude Casadesus au théâtre du Châtelet. "Son art dans toutes ses manifestations s'inspire d'un surréalisme apaisé. " (Bénézit, VII, 113). Dans cette maquette originale pour "Les Amis des Images", trois personnages, estmapes en main, déambulent dans un petit village, aux toits ornés de clochers. Légère insolation.

"Passionaria".

1906 1 Aquarelle, et encre sur calque, cachet de l'artiste en bas à droite, (1906), 32.5 x 19.0 cm.

De profil, une diva à la robe orange et blanche, un immense manchon dans les mains, lève un doigt délicat vers le ciel. Son profil est esquissé dans l'angle supérieur droit de la feuille à l'encre.

"Neige".

1925 1 Gouache originale, mine de plomb, signée en bas à gauche, (1925), 32 x 24.5 cm.

Costume n°2 pour le ballet "Les Boules de neige". Dessin annoté par ZINOWIEW : voile mousseline soie peinture robe fulgurante boules argent et marabout... Le chapeau à larges bords avec attaches en soie mauve, la robe ornée de pompons de neige, la fine cheville accentuent la féminité du costume. Jacques OFFENBACH (1819-1880) rédige en 1871 un opéra-bouffe intitulé "Boule de Neige", dont l'intrigue peut avoir inspiré ZINOWIEW. Alexandre ZINOVIEW (1889-1977), d'origine russe, arrive à Paris en 1908 et s'installe à Montparnasse où il rencontre PICASSO. Il expose simultanément à Paris, Moscou et Saint Pétersbourg à partir de 1909. Engagé dans la Légion étrangère pendant la guerre de 14-18, c'est à son retour, il réalise des illustrations et des dessins de mode pour des journaux féminins, ainsi que des décors et les costumes de spectacle, comme ceux présentés ici. Petites déchirures et cachet de vente, annotations au crayon.

"Le Roy".

1925 1 Gouache originale, rehauts d'or, mine de plomb, signée en bas à droite, (1925), 27 x 18.5 cm.

Alexandre ZINOVIEW, artiste russe collaborateur de Vogue, Fémina...mais aussi décorateur de théâtre et de ballet signe cette gouache pour "Le Parfait amour", conte galant du XVIIe, écrit par la comtesse MURAT et mis en musique. Le costume est éclatant de couleurs : la longue veste dorée, brodée de blanc et de bleu, le gilet brodé de fleurs à l'orientale, la canne rouge, la ceinture et la culotte de peau situe le personnage à la frontière du rêve et de la réalité. Petites salissures et rousseurs.

"Dame de la cour - Dame en rouge".

1930 1 Deux gouaches originales sur papier cartonné gris, titrées (1930), 16 x 24 cm. et 32 x 48 cm.

Dans la première gouache, une femme en buste, à la belle robe rouge, fait un geste de déclamation. L'autre gouache représente la "Dame de la Cour" vêtue d'une ample robe à crinoline dont les multiples volants de gaze sont maintenus par un magnifique noeud rouge, très "Art Déco". Pliure centrale.

"Manteau de pluie".

1933 1 Gouache, aquarelle, mine de plomb, rehauts d'argent, daté en haut à gauche, 1933, 24 x 32 cm.

Dessin préparatoire pour la revue de Roger Ferreol, aux Capucines "à la Bonhome [sic]" le 23.12.33. Très charmante illustration, le manteau couleur de pluie habille une femme couleur de printemps : larges carreaux rose et vert tendre, chapeau en pot de fleur, canne fleurie, et léger sourire mutin.

"Les gants bleus".

1920 Gouache signée en bas à droite, (1920), in-8.

ZYG-BRUNNER, qui a beaucoup travaillé pour la publicité et le monde du spectacle, dont le style est assez proche de Jenny CARRE (1902-1945) signe ici un costume pour le Music-hall, "cette forme si particulière d’expression artistique, extravagante, réunissant des moyens encore jamais mobilisées pour le seul plaisir des yeux. Aux dimensions plus modestes, aux moyens moins écrasants, [elle va] permettre la création de revues et spectacles à la fois satiriques, primesautiers, un brin contestataire et néanmoins piqués de coquinerie." (Jenny Carré, 1902-1945, L'Âge d'or du Music-hall et de l'opérette). La danseuse à l'air mutin, porte un justaucorps brillant, de longs gants bleus et des perles en collier, en bretelles, en coiffure, et en une grande rangée entre ses deux mains. Petites salissures et taches.

"Smile".

1920 Aquarelle et mine de plomb, signée en bas à gauche, (1920), 32 x 20 cm.

Comme une marionnette ou une poupée de porcelaine, ce modèle à l'attitude figée et peu naturelle est maquillée pour la scène : le visage poudré, deux ronds roses sur les joues, les yeux écarquillés et la bouche pincée, peinte en rose vif. Elle porte sous sa jupe retroussée, dont on voit les nombreux volants verts et blancs, un pantalon blanc. Le haut de son costume très décolté est composé d'une grende colerette et de manches de tulle vaporeuse. Sur ses boucles blondes, elle porte un haut-de-forme démesuré orné de deux boutons d'or retenus par un ruban fushia. Papier légèrement sali, légères bavures et traces de mine de plomb.

"La plume rose".

1930 Aquarelle et gouache avec rehauts d'argent annotée de la main de l'artiste, (1930), 28 x 25 cm.

Alexandre ZINOVIEW (1889-1977), d'origine russe, arrive à Paris en 1908 et s'installe à Montparnasse où il rencontre PICASSO. Il expose simultanément à Paris, Moscou et Saint Pétersbourg à partir de 1909. Engagé dans la Légion étrangère pendant la guerre de 14-18, c'est à son retour qu'il réalise des illustrations et des dessins de mode pour des journaux féminins. Ici, il dessine une maquette pour un costume de théâtre